Les Escort girls sont-elles punies par la loi en Suisse ?

La prostitution reste illégale en France et les travailleuses du sexe doivent payer des amendes sévères si elles sont attrapées par la Police. En revanche, en Suisse, cette profession est autorisée par la loi et les femmes qui pratiquent ce métier paient leurs impôts. Mais il y a quand même des règlementations à respecter, notamment en ce qui concerne les mineures et les victimes.

Depuis quand la prostitution est devenue légale en Suisse ?

Contrairement à d’autres pays européens tels que la France, la profession d’Escort girl est autorisée par la loi suisse. Elle a été légalisée en 1992 et les travailleuses du sexe peuvent gagner de l’argent légalement dans la ville où elles se trouvent. Pour pouvoir travailler dans des salons érotiques, les femmes doivent d’abord obtenir un permis de travail valide. Elles sont aussi obligées de payer leurs impôts et de s’acquitter de leurs charges sociales. La prostitution est règlementée et encadrée dans chaque canton, notamment à Genève et à Zurich.

La profession d’Escort en Suisse est un métier comme les autres, selon les témoignages des filles qui exercent ce métier dans ce pays. Elles affirment que des policiers assurent leur sécurité dans les salons qu’elles fréquentent, et surtout dans la rue. La Brigade des Mœurs vérifie si les Escort sont conformes aux règlementations établies.

Que dit la loi sur les victimes potentielles ?

En Suisse, la prostitution est autorisée par la loi. Deux personnes majeures ont le droit d’échanger un service sexuel contre une rémunération. Cependant, la travailleuse du sexe doit agir de sa propre volonté. Selon l’article 195, si la femme a été forcée pour exercer ce métier, elle est considérée comme une victime potentielle. L’individu ayant exercé la violence est passible d’une peine d’emprisonnement de 10 ans.

Les agences d’Escort se multiplient à Genève

On dénombre plus de 140 salons de massages et une quarantaine d’agences d’Escort dans la ville de Genève. Cela signifie qu’un grand nombre de prostituées viennent dans cette région pour devenir des travailleuses de sexe professionnelles. Elles s’abonnent à la prostitution pour subvenir aux besoins de leurs familles.

A noter que les personnes ressortissantes d’États tiers n’ont pas le droit de se prostituer sur le territoire Suisse. Par conséquent, elles ne pourront jamais obtenir un permis de travail, seules les travailleuses hautement qualifiées peuvent en bénéficier.