À qui incombe le règlement de l’intervention d’un plombier

Un plombier est le professionnel qui dépanne, installe et entretient les éléments de plomberie et de sanitaire dans un domicile. Comme dans n’importe quel domaine d’intervention, sa prestation est moyennant une rémunération. La question qui se pose est : quand on habite dans un logement loué, à qui revient la charge de régulariser la facture du plombier ?

L’implication du locataire

Dans la réparation ou la maintenance sanitaire, le propriétaire n’est pas toujours le seul responsable qui supporte les charges relatives à cette prestation. Le locataire a une obligation face à cette situation. Il est impliqué et prend en charge le paiement d’un plombier si le problème provient d’une mauvaise utilisation, d’une fausse manipulation ou d’une dégradation de sa part.

Il doit aussi payer l’accumulation de dégradations causées par ses éventuelles négligences et qui nécessitent une intervention du plombier. Les travaux effectués à l’initiative du locataire sont sous sa responsabilité. C’est le cas du changement de joint, de la réparation des fuites d’eau, etc.

La responsabilité du propriétaire

Pour éviter les conflits au moment du règlement de l’intervention d’un plombier professionnel, il est crucial de faire appel à une entreprise de plomberie. Elle vous conseillera sur tout ce qui est à savoir sur ce métier. Vous pouvez d’ailleurs consulter la législation, loi n° 89-462 du 06/07/89, qui stipule les obligations des propriétaires dans la prise en charge des travaux.

  • Toutes les raisons mentionnées dans cette législation reviennent au propriétaire. Les travaux qui sont à la charge du propriétaire sont le changement des vieilles installations sanitaires, les dégâts causés par des catastrophes naturelles.
  • En tant que propriétaire, si votre locataire vous signale un problème de plomberie, vous devez régler la situation le plus tôt possible. Cela vous aide à limiter les dégâts dans votre logement et à tenir votre locataire hors du danger.

Les démarches à suivre en cas de problème de plomberie

Le locataire doit prévenir ou contacter le propriétaire. Même si ce dernier ne se trouve pas sur place, il a le droit d’être informé des problèmes survenus dans sa propriété. Il peut ensuite choisir le professionnel qui s’occupe du dépannage. S’il s’agit d’une intervention à la charge du propriétaire, en le mettant au courant, le locataire peut également lui informer du coût de la prestation.

En cas d’urgence, pour ne pas empirer la situation, vous devez mener seul l’intervention en coupant l’eau et en installant un seau pour prévenir les dégâts des eaux. Si le locataire décide d’engager un plombier sans avoir prévenu le propriétaire, tous les coûts et frais sont à sa charge. Alors, si vous voulez éviter de payer des charges quelconques, il est toujours préférable d’informer son propriétaire des problèmes de plomberie dans le bâtiment, même s’ils sont moindres.

Les mesures à prendre en cas de conflit

En ce qui concerne les travaux en plomberie, les litiges entre propriétaire et locataire sont toujours fréquents. Pour éviter d’en arriver là, il est indispensable d’adopter une entente à l’amiable. C’est la méthode la plus facile et la plus rapide pour régler le conflit. Toutefois, si vous décidez d’apporter vos différends devant le juge, cela augmentera les frais à payer en plus de la facture du plombier. La démarche en justice s’avère en effet longue et coûteuse autant pour le locataire que pour le propriétaire.

Quelle que soit la mesure que vous avez prise, conciliation ou action en justice, vous n’avez pas le droit de suspendre le paiement des loyers. Cela vous mettra en tort et peut alourdir vos torts dans la procédure. Le non-respect de cet engagement aggrave de plus en plus votre situation devant la loi.