Les conditions liées à l’assurance loyer impayé

Vous souhaitez mettre en location votre logement ? Comme tous les investissements immobiliers, cette activité n’est pas sans risques. C’est pour cette raison qu’on vous recommande de penser à l’assurance loyer impayé. Cette garantie vous offre une occasion de mettre en location votre logement en toute sécurité et en toute tranquillité.

Le fonctionnement de l’assurance loyer impayé

Comme l’indique son nom, l’assurance loyer impayé ou la garantie loyer impayé (GLI), vous permet de rester couvert même en cas d’impayé ou de litiges avec votre locataire. Si vous avez décidé de souscrire à cette assurance, vous pouvez être indemnisé en cas de défaillance financière de votre locataire. Outre cela, cette garantie vous permet également de bénéficier d’un bon nombre d’avantages.

En effet, elle couvre aussi :

  • les dégradations locatives
  • les frais de contentieux
  • les frais de procédure

Une fois que vous avez décidé de souscrire à cette assurance, c’est à votre assureur de déterminer les conditions à respecter pour pouvoir bénéficier de la couverture. Ainsi, il se peut que votre demande ne soit pas acceptée. En ce qui concerne le montant de cette GLI, les cotisations sont fixées entre 2,5 % à 5 % du loyer annuel.

Les critères liés au locataire de l’assurance loyer impayé

Si vous souhaitez souscrire à une assurance loyer impayée, vous devez connaître les conditions qui sont liées à votre locataire. On vous recommande de prendre en considération ces critères avant la signature du bail. Prenez donc le temps de vérifier la solvabilité de votre locataire lors de la réception des pièces justificatives. Essayez de savoir s’il dispose des capacités financières pour assumer ses dépenses. Sachez que le loyer que vous avez imposé ne doit pas dépasser le tiers des revenus du locataire.

A lire  Divorce et pension alimentaire : tout ce que vous devez savoir

Essayez également d’en savoir plus sur la situation professionnelle du locataire. Parfois, ce sont les locataires qui sont titulaires d’un CDI qui sont facilement acceptés par les assureurs. Ce qui n’est pas le cas des locataires en CDD, intérimaires ou indépendants. Sachez que l’assurance loyer impayé n’est pas imposée par la loi. Ainsi, l’assureur est complètement libre de son choix.

Les conditions d’assurance loyer impayé liées au propriétaire

Tous les propriétaires ne peuvent pas prétendre à cette assurance. En tant que bailleur, vous devez également prendre en considération quelques critères. La première condition concerne votre logement, plus précisément le loyer. Sachez que c’est à votre assureur de choisir le montant maximum du loyer. Ce dernier ne doit pas dépasser les 2 300 €. En ce qui concerne le logement, il doit répondre aux normes de location.

On vous recommande également de prendre en considération les conditions de contrat de bail. Si vous avez décidé de miser sur la GLI, vous n’avez pas le droit de demander une caution à votre locataire. Il se peut que votre assureur vous demande une résolutoire. Cette clause vous offre une occasion de résilier de plein droit le contrat en cas de manquement du locataire à l’une de ses obligations. Il y a aussi la clause de solidarité en cas de colocation. Cette garantie vous permet de réclamer l’impayé à l’un des occupants du logement si l’autre ne peut pas l’assumer.

Les documents nécessaires

Vous devez également rassembler tous les documents nécessaires à votre compagnie d’assurance. Pour souscrire à une garantie loyer impayé, on vous recommande de ne pas négliger cette étape. C’est aussi une condition primordiale surtout si vous souhaitez qu’on accepte votre demande. C’est à votre assureur de vous donner la liste des documents nécessaires.

A lire  Gérer la rupture de la période d’essai : un guide juridique complet pour employeurs et salariés

Pour la réalisation de votre demande, vous devez remettre dans la plupart des cas ces quelques dossiers. Il y a donc le contrat de bail, l’attestation d’assurance habitation, les pièces d’identité de votre locataire et l’état des lieux d’entrée dans le logement. Cette dernière pièce est importante surtout en cas de dégradations locatives.