L’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE)

C’est une assurance obligatoire perçue grâce à la cotisation de tous les travailleurs et employeurs  privés ainsi que quelques secteurs publics. Elle protège les bénéficiaires en cas de perte de son emploi. En 2017, 17.1 millions de salariés et 1,6 million d’employeurs ont cotisé, 2.7 millions de chômeurs étaient indemnisés chaque mois, ce qui fait 34.3 milliards d’euros d’allocations versées.

Conditions à remplir

Pour obtenir cette précieuse allocation, vous devez respecter les conditions suivantes :

  • Être enregistrer comme demandeur d’un travail
  • Il ne faut pas avoir l’âge légal de départ à la retraite qui est de 62 ans. Pour les personnes concernées, il est possible de maintenir ses droits à l’allocation jusqu’à l’acquisition d’une retraite à taux plein.
  • Apporter la preuve que vous avez travaillé au moins 88 jours ou 610 heures au cours des 28 derniers mois ou pour les personnes âgées de 53 et plus, 36 derniers mois. Les délais des jours travaillés ne sont pas obligatoirement continus et peuvent être réalisés chez de nombreux patrons.
  • Être physiquement apte à exercer un travail. Il vous suffit de vous inscrire sur la liste des demandeurs d’emploi.
  • Être à la recherche effective et sans relâche d’un emploi. Le refus à deux reprises d’une proposition convenable d’emploi, l’absence de réponse à une convocation, etc. provoquent la diminution ou la suppression des allocations.
  • Être involontairement privé de travail. Certaines ruptures volontaires peuvent être considérées comme légitimes.
  • Le domicile, le demandeur doit vivre sur un territoire couvert par le régime.

Montant

La somme de l’allocation journalière est fixée par rapport aux salaires perçus précédemment y compris les différentes primes. Les seuls retenus sont les salaires qui  ont contribué à l’assurance chômage. Mais le calcul exact de cette aide dépend de plusieurs paramètres suivant la situation particulière du demandeur de travail.

Il est important de savoir que l’ARE est une assurance journalière calculée sur la base des 12 derniers mois de salaire et des primes afférentes, mais dont le versement est mensuel afin de faciliter son organisation et son fonctionnement. À compter d’un certain montant, des retenues propres sont prélevées. Les diverses indemnités comme le préavis, le licenciement et autres ne sont pas comprises dans la rémunération de référence.

Elle est versée par mois dans la limite d’un délai maximal déterminé par la durée d’affiliation et l’âge du concerné.

Cessation de l’indemnisation

Cette assurance chômage est interrompue le moment où le bénéficiaire :

  • ne fait plus partie d’un demandeur d’emploi,
  • ne remplit plus les exigences nécessaires pour avoir ses droits, mais une autre allocation particulière peut être attribuée,
  • obtient l’aide à la création d’une entreprise,
  • reçoit une allocation de présence parentale,
  • trouve une activité professionnelle qui ne permet pas un cumul partiel,
  • a intentionnellement rompu son dernier emploi
  • cesse de demeurer en France
  • a obtenu une retraite anticipée pour une longue carrière ou à cause d’une incapacité permanente,